Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

ArcelorMittal à Fos sur Mer: redémarrage en douceur du HF1

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La semaine dernière, le haut fourneau n°1 d'ArcelorMittal a (enfin) redémarré. Une bonne nouvelle économique et sociale pour la région.

AcelorMittal à Fos sur mer vient de redémarrer le haut fourneau n°1. Avec le 2ème qui ne s'était pas arrêté – et qui était même monté en production ces derniers mois -, l'usine sidérurgique est de nouveau complètement en ordre de marche.

C'est ce dimanche 20 septembre, après plusieurs semaines de préparation, que le processus a été enclenché. Il consiste à chauffer le creuset pour sortir, à force de nombreuses coulées de fonte en fusion, la matière figée à l'intérieur suite à l'arrêt du 23 mars dernier. Coulée après coulée, les tuyères pour chauffer le creuset se libèrent au fur et à mesure. Une fois les trente-deux tuyères opérationnelles, la qualité de la fonte revient à la normale et elle est envoyée à l'aciérie. Par jour, c'est jusqu'à 6000 tonnes en une dizaine de coulées. Quant à la mauvaise fonte, devenue ferraille une fois refroidie, elle retournera dans les hauts fourneaux dans quelques semaines.

Pour revenir aux « tergiversations » qui ont agité ce début du mois le redémarrage de l'unité de production, le directeur du site de Fos sur Mer Bruno Ribo s'en explique: « Dans notre industrie nous avons beaucoup de mal à faire des prévisions. A Fos nous dépendons peu de l'industrie automobile et beaucoup plus de l'industrie type construction ou énergie comme le gaz et le pétrole. Et là, nous avons beaucoup de mal à mesurer si la reprise est une 'bulle' ou si elle va se poursuivre. C'est ce qui nous a fait réfléchir car redémarrer un haut fourneau est un processus long, sachant qu'une fois démarré ce n'est pas pour le stopper quelques jours après ». La marche normale d'ArcelorMittal à Fos sur mer, c'est près de 4000 personnes salariées dont 1500 à travers la sous-traitance. La capacité de production des hauts fourneaux est de 2 millions de tonnes de fonte chacun.

Au volet environnemental, le filtre « Mistral » sur la cheminée principale émettrice de poussières de l'usine d'agglomération est en fonctionnement, et les investissements se poursuivent pour « Odas », installation équivalente sur la 3ème cheminée. Quant à l'empreinte carbone, l'objectif affiché est une réduction de 30% à l’horizon 2030.

En parallèle chez ArcelorMittal, après le redémarrage en Août du haut fourneau n°3 de Dunkerque, c'est deux autres hauts fourneaux en plus de celui de Fos qui ont suivi le pas : à Brème en Allemagne et à Gijón en Espagne. Quant au « feuilleton » entre Mittal et l'Etat italien à propos de l'aciérie géante de Tarente, ce n'est pas une concurrence pour Bruno Ribo bien qu'étant située sur la même façade méditerranéenne : « Si nous sommes suffisamment agile et compétitif sur nos marchés, l'avenir de Fos est entre nos mains. Très clairement je ne pense pas que notre avenir est lié à ce qui se passe en Italie ».

En vidéo des extraits de l'entretien avec Bruno Ribo, directeur d'ArcelorMittal à Fos sur mer.