Temps forts

ADF se renforce à Fos

ADF se renforce à Fos

1/1

ADF se renforce à Fos

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

ADF, Ateliers de Fos, a, comme son nom l'indique, été fondée sur le territoire fosséen en 1962. Près de six décennies plus tard, cette société d'ingénierie et de maintenance industrielle reste fidèle à notre bassin en y investissant 3,5 millions €

 Jean-Luc Chauvin, président de la CCIMP et de Provence Promotion
 Marc Eliayan, PDG d'ADF
 Philippe Maurizot, conseiller régional
 Martine Vassal, présidente de la métropole et du département

Ils étaient tous là ! Représentants de l'État, du département des Bouches-du-Rhône et de la métropole Aix-Marseille-Provence, de la région Sud, de la ville de Fos-sur-Mer, du territoire d'Istres Ouest Provence, du Grand port maritime de Marseille et de la chambre de commerce et d'industrie Marseille-Provence. Tous venus pour l'inauguration... d'un atelier de chaudronnerie.
S'il évoque le charme désuet d'une industrie du 19e siècle, ce terme recouvre en fait une activité bien de notre époque, et même du futur, puisque cet atelier de dernière génération, dans la ZI de la Feuillane, permettra de produire des pièces chaudronnées à haute valeur ajoutée, très complexes, pour les industries pharmaceutique, nucléaire, aéronautique, cosmétique, de l'énergie et de la pétrochimie et même spatiale puisque ADF participera à la fabrication à Kourou du futur pas de tir destiné au lancement de la fusée Ariane 6. 
Mais ce n'est pas parce que ADF est née à Fos que le choix, il y a deux ans, d'implanter ici cet atelier de 1000 m2 (qui fait désormais passer la surface totale du site ADF à 4000m2), et d'un investissement initial de 3,5 millions, était une évidence. La société rayonne désormais dans une quinzaine de pays et le tout proche Portugal, par exemple, faisait partie des destinations en lice pour accueillir cette "chaudronnerie 4.0".
Mais si ADF a décidé de rester fidèle à son berceau natal, ce n'est pas par simple attachement à la terre de Provence mais bien parce qu'économiquement, techniquement, stratégiquement et politiquement, tous les voyants étaient au vert. Car, comme le prouve leur présence en nombre, ceux qui dirigent ce territoire ont - enfin - pris le pouls des attentes industrielles. C'est souvent le dédale administratif et la complexité des circuits décisionnaires qui découragent les industriels à s'installer sur notre territoire. Monde politique et milieux économiques ont donc travaillé d'arrache-pied - et dû parfois surmonter leurs divergences de points de vue - pour parler d'une seule voix et ainsi répondre rapidement aux attentes d'un monde, l'industrie, pour lequel chaque minute compte. Et même si la prime d'aménagement du territoire accordée par les pouvoirs publics d'un montant de 846 000 euros (pour moitié de l'Etat, l'autre moitié répartie entre région et département) représente une aide non négligeable en cette période de disette subventionnelle, elle traduit surtout le désir unanime d'un territoire et ce désir, même une entreprise ne peut y être complètement insensible.

(en matière d'emplois, 30 ont été créés pour la mise en activité et d'ici 2020, ce total s'élèvera à 66 minimum. Des emplois très qualifiés, valorisés, gratifiants et très bien rémunérés, notamment de compagnons soudeurs et de compagnons chaudronniers, qui ne connaissent pas le chômage. Pour les jeunes de la région, le CFAI, centre de formation des apprentis de l'industrie d'Istres Provence, avec son haut niveau de technicité, est le tremplin idéal pour accéder à ces métiers très recherchés par les industriels. Si vous êtes intéressés, sachez que le CFAI organise chaque premier mercredi du mois des portes ouvertes, c'est gratuit, sans engagement, sans rendez-vous, il suffit de se présenter à la porte de l'établissement à 14 heures, prochain rendez-vous, mercredi 5 décembre)

 En vidéo, les réactions de Jean-Luc Chauvin, président de la CCIMP et de Provence Promotion; de Marc Eliayan, PDG d'ADF, de Philippe Maurizot, conseiller régional, vice-président de la commission  économie, industrie, innovation, nouvelles technologies & Numérique (représentant Renaud Muselier, président de la région Sud) et conseiller municipal de Fos-sur-Mer et de Martine Vassal, présidente du département et de la Métropole