Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Pêche à la palourde dans l'étang de Berre : top départ pour les pros

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Aujourd'hui 1er février 2018, grand jour pour les pêcheurs professionnels à pieds du secteur: ils sont autorisés à pêcher la palourde dans l'étang de Berre.

Le développement des palourdes japonaises (Ruditapes philippinarum) a entraîné l'apparition d'une pêche récréative importante ces dernières années. Dès lors, les pêcheurs professionnels avaient souhaité avoir accès à cette ressource économiquement potentielle. Suite aux travaux du Gipreb portant sur la réalisation d'une étude de stock et au classement sanitaire réalisé en 2017, l'ouverture à la pêche professionnelle est dorénavant autorisée ET bien sûr règlementée.

Les autorisations portent sur les 2 types de palourdes vivant dans l'étang de Berre (palourde japonaise et européenne) ainsi que les coques. Des 100 licences décrétées pour l'étang de Berre, 60 ont été délivrées à ce jour. Le quota de coquillages a été fixé à 40 kg/j avec des horaires du lever au coucher du soleil, hors samedi, dimanche et jours fériés; les masque et tuba de moins de 35cm sont autorisés, les palmes sont interdites. Couteau ou fourchette de moins de 40cm ok. A savoir que la pêche dite « à pieds » est autorisée jusqu'à 2 mètres de profondeur.

Concernant les particuliers dits "pêcheurs de loisir", les différences avec les professionnels sont les suivantes : ils peuvent pêcher tous les jours de l'année avec un quota de 2 kg/j, mais interdiction de tout instrument autre que couteau ou fourchette de moins de 20cm. Donc masque, palmes et tuba interdits.

Quant à la taille minimale de ces bivalves autorisée pour le prélèvement: 3,5cm pour la palourde européenne, 3cm pour la japonaise, 2,7cm pour la coque. Les produits sous-taille et les espèces non autorisées doivent être rejetés sur place.

Enfin, quelques zones sont interdites à la pêche, type alentours de sorties de stations d'épuration, limite GPMM ou herbiers.

Par ailleurs et afin de suivre l'évolution des stocks, un comité de suivi a été créé auquel participe le Gipreb. Ce dernier débute une étude visant à développer un outil numérique de gestion du gisement de palourde.

En vidéo la réaction d'Anthony Herlemann, patron-pêcheur à Marignane.