Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Les hypermarchés Auchan de la région au cœur d'un plan social

Les hypermarchés Auchan de la région au cœur d'un plan social

1/1

Les hypermarchés Auchan de la région au cœur d'un plan social

c. lips c. lips
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le groupe Auchan prépare la seconde étape de son plan de transformation avec la suppression de 1500 emplois en France. Chez nous, trois hypermarchés sont concernés : Auchan Saint-Loup à Marseille, Auchan Aubagne et Martigues

23 postes supprimés à Aubagne, 9 à Auchan Saint-Loup et 12 à Martigues. Les chiffres se sont précisés lors du comité central d'entreprise extraordinaire qui a suivi l'annonce du plan de restructuration du groupe il y a quelques semaines. Auchan, et plus précisément ses hypermarchés, s'apprêtent à voir disparaître certains métiers : service après-vente, managers de caisse et des postes plus administratifs. 

Pour les 550 salariés de l'hyper martégal, la pilule a du mal à passer, d'autant plus que le personnel s'est particulièrement mobilisé depuis le confinement. Le magasin est d'ailleurs celui qui a le plus performé dans toute la région sud, sans doute grâce à sa position géographique très "centre-ville". 

Un manque d'humanité 

« Le groupe se présente comme humain, il a beaucoup travaillé là-dessus, en le mettant en avant dans ses publicités", rappelle Franck Calendini, secrétaire CFDT du CSE d'Auchan Martigues. On se souvient de son slogan "Auchan et la vie change", mettant en avant la relation de proximité avec le client. "On a toujours été motivés, on nous a encensés pendant le confinement et maintenant on nous remercie avec un manque total d'humanité », ajoute le représentant des salariés. 

Pour justifier ces suppressions de postes, Auchan avance une baisse de ses résultats économiques et aussi une modification du comportement des consommateurs, précipitée par le covid, qui feraient davantage leurs courses en ligne et seraient de plus en plus portés sur les services dématérialisés. "Je crois qu'au contraire, ce que nos clients viennent chercher à Auchan Martigues, et nous avons beaucoup de personnes âgées, c'est le contact humain, le service, l'accompagnement ", poursuit Franck Calendini. 

Automatisation et digitalisation 

Demain, les agences de services après-vente seront supprimées. Tout se fera en ligne. Même chose avec les caisses qui seront d'ici peu complètement automatisées. La première étape est la suppression des postes de managers de caisses. "Nous voulons bien croire à la stratégie de digitalisation du groupe, mais je ne crois pas que tous les clients soient prêts à ça, estime le secrétaire du CSE. Je rappelle qu'aujourd'hui, sur 100 euros de chiffre d'affaires, 80 euros sont réalisé dans l'hyper. Le digital ne représente même pas 2%."

Les syndicats contestent aussi les résultats préoccupants avancés par le groupe pour justifier son plan de licenciement. « Quand on regarde les chiffres dans le détail on voit que depuis deux ans ça va mieux, poursuit Franck Calendini. En cherchant à augmenter la rentabilité, la seule variable d'ajustement proposée est le personnel et pour que ça passe plus vite on met en avant une mutation des habitudes du client et la situation sanitaire que nous sommes en train de vivre."

Les salariés en sauront plus sur leur sort, licenciements ou reclassements, d'ici la mi-novembre. Les partenaires sociaux sont en train de négocier leur départ et leurs indemnités. 

(photo JM Darras, Maritima Médias)