Temps forts

Aix: anicroche entre déconnomistes et universitaires

Réunion pour les rencontres déconnomiques

1/3

Réunion pour les rencontres déconnomiques

Elaboration du programme

2/3

Elaboration du programme

François Pecqueur, membre des Déconnomistes

3/3

François Pecqueur, membre des Déconnomistes

O. Ferrandino O. Ferrandino
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Alors que les premières rencontres déconnomiques auront lieu du 6 au 8 juillet , certaines des dates programmées, après avoir été " suspendues ", " pourraient " être finalement maintenues à la Faculté de Lettres ou à la Maison des Sciences de l'Homme.

 Francois Pecqueur, membre des Déconnomistes
Cela fait déjà 11 ans, qu'existe à Aix le Cercle des Economistes: une manifestation qui réunit de grands noms " parmi les économistes médiatiques ". Et pour François Pecqueur, membre des Déconnomistes, cette manifestation met en relief " la simple pensée unique". Parmi les questions posées du côté des Déconnomistes: " avons-nous le droit sur la place publique de poser des alternatives à la pensée économique? " L' une des questions qui explique pourquoi selon François Pecqueur ce mouvement a été créé. Les rencontres déconnomiques se voulant une réponse de la pensée économique "hétérodoxe".

Et pour pouvoir organiser ces rencontres, les déconnomistes  " ont  sollicité auprès d' un certain nombre d'acteurs de la vie aixoise la mise à disposition de salles, notamment par rapport à l'université où il y a un  certain nombre de salles qui ont été demandées auprès de la Faculté de Lettres, la Faculté d' Economie ainsi que la Maison Méditerrannéenne des Sciences Humaines " affirme François Pecqueur. Un choix qu'ils estiment naturel puisqu'un certain nombre d'intervenants de ces rencontres déconnomiques sont directement issus du réseau universitaire.

Comme l'explique François Pecqueur:  " nous avions reçu pour certains un accord oral et pour d'autres un accord écrit mettant à disposition et là il y a eu un épisode qui était assez surprenant c'est à dire qu'il y a un des responsables du Cercle des Economistes  qui nous a contacté étonnamment et qui a demandé à nous rencontrer. Il est descendu de Paris pour voir qui nous étions et nous a proposé de faire un débat contradictoire. On a trouvé l'idée intéressante même s'il était difficile de trouver des créneaux horaires, nous n'avons pas eu le temps de lui répondre et deux jours après cette entrevue nous avons eu un coup de téléphone comme quoi nous ne disposions plus des salles".

  Il y a deux jours, le cercle des Déconnomistes recevait un nouveau courrier comme quoi nous récupérions les salles, celles-ci ayant été déjà affectées. On peut y lire: " l' université pourrait nous les remettre à disposition ". Et comme le fait remarquer François Pecqueur: " c'est donc un conditionnel. Donc nous prenons acte que nous allons dans la bonne direction. A priori nous allons récupérer nos salles et nous ne serons pas obligés de faire les conférences dans la rue . C'est ce que nous avions prévu de faire si nous n'avions pas accès, nous avions prévu de faire les conférences devant l'université mais on est toujours au conditionnel et nous sommes dans l'attente à ce jour de courriers de confirmation ".

Ce rassemblement avant tout citoyen aura lieu les 6 et 7 juillet prochain. Au programme beaucoup de conférences, des tables rondes. Parmi eux, il sera possible de retrouver Jean-Philippe Desbordes, journaliste d'investigation, Gérad Duménil, économiste et Directeur de Recherche au CNRS et Hervé Kempf, reporter.