Temps forts

Aix: la fin du chèque pour bientôt?

UFC Que choisir Aix en Provence

1/3

UFC Que choisir Aix en Provence

UFC Que choisir Aix-en-Provence

2/3

UFC Que choisir Aix-en-Provence

Chèque bancaire

3/3

Chèque bancaire

O. Ferrandino O. Ferrandino
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Selon un rapport remis par Bercy, le nombre de chèques devrait être réduits d'ici les années à venir afin de "préserver l'équilibre financier des banques". A termes,ce moyen de paiement très apprécié des Français pourrait donc être amené à disparaître.

 Christelle Gelbard, responsable juridique à UFC Que choisir
18% c'est le nombre de chèques émis par les Français sur l'hexagone en 2010. Et, de manière générale les Français affectionneraient particulièrement ce moyen de paiement puisqu'ils sont ceux à en signer le plus en Europe: " 62% des chèques signés en Europe le sont en France". Pourtant selon un récent rapport commandé par le précédent Ministre de l' Economie, Christine Lagarde, la première proposition d'une liste qui en compte 20  viserait notamment à réduire de moitié l'émission des chèques d'ici 2017. Et, du côté des associations de consommateurs, l'heure est à "l'alternative".

Selon Christelle Gelbard, responsable juridique de l'association UFC que Choisir d' Aix-en-Provence,
"effectivement la France est le Pays d'Europe qui consomme le plus de chèques, on est dans une mouvance qui tente à réduire ce nombre, de 2002 à 2012, on a déjà réduit de moitié. Et, l'idée de ces recommandations qui ont été publiées récemment serait de réduire encore de moitié dans les cinq ans, soit de 2012 à 2017. Donc sur ce point, la fédération n'est pas forcément opposée à réduire le nombre d'émission de chèques, ce qu' elle souhaiterait en revanche c'est qu'elle trouve une alternative gratuite pour le consommateur soit tous moyens de paiement entre des particuliers et des professionnels, et entre des particuliers et des administrations. Donc on chercherait un moyen gratuit et complètement gratuit c'est à dire qui ne demanderait pas un abonnement supplémentaire avec internet ou des téléphones portables tel que c'est déjà mis en place aujourd'hui". Alors que se passerait-il si le chèque disparaissait? Et Christelle Gelbard de poursuivre: " le chèque n'est pas quelque chose qui semble essentiel et vital à notre système de fonctionnement à partir du moment où il y a une alternative totalement gratuite".

 Aujourd'hui, "les frais des chèques seraient directement répercutés sur les banques". Pour autant, les chèques ne feraient pas partie du marché européen des moyens de paiement. Ce dispositif SEPA (Single Euro Payments Area) serait actuellement en train de voir le jour dans l'Union Européenne. Ce projet aurait pour but de créer une gamme de moyens de paiement à l'ensemble des pays européens, afin de faciliter les transactions en Europe. Celui-ci n'incluant que le virement, le prélèvement, le paiement par carte bancaire mais exclut le chèque et le TIP: deux spécificités françaises.