Temps forts

Sous les pavés, les vestiges…

  • Culture
  • 20/07/2016 à 09h53
  • 01:51
M. Maisonneuve M. Maisonneuve
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le chantier d’extension du lycée Langevin a permis l’exhumation de la Martigues antique : Maritima avaticorum. Après une campagne de fouilles préventives, une partie du site archéologique a été recouverte pour les besoins de l’établissement scolaire.

Lorsque le Conseil régional a programmé l’extension du lycée Langevin à Martigues, des fouilles archéologiques dites « préventives » ont été lancées, car on savait qu’on se trouvait ici sur un terrain où existaient des vestiges. Le but de l’archéologie préventive est d’effectuer une étude et un diagnostic sur une zone de travaux prévus par un aménageur. Sur le site de Tholon, attenant au lycée Langevin, on avait déjà trouvé des premiers éléments laissant entrevoir la présence d’une antique cité, comme l’explique Jean Chausserie-Laprée, chef du service Archéologie de Martigues : « En 1998 on a découvert les premières traces de ce site, mais on en ignorait encore l’importance. En 2011 on a fait un diagnostic, on supposait la présence d’une agglomération. Mais c’est en 2014, lorsque la Région a démarré la restructuration du lycée Langevin, qu’une campagne de fouilles préventives nous a permis de comprendre qu’une ville entière se trouvait sous nos pieds. » Cette cité, c’est Maritima Avaticorum, agglomération fondée par la tribu gauloise des Avatiques et développée sous l’époque romaine. Elle a vraisemblablement été fondée au 1er siècle av J.C et a duré jusqu’au 4e ou 5e siècle ap J.C. Elle couvrait environ 5 ha.

Les fouilles ont permis la mise au jour de plusieurs vestiges, dont deux sont exceptionnels : les 48 monnaies d’or datées grâce à leurs effigies de 46 à 27 av J.C, et une allée pavée d’environ 5 000 coquilles de pétoncles disposées en mosaïque naturelle, ce qui est rarissime.

Mais en juin dernier, le chantier du lycée Langevin s’est achevé, de ce fait, la campagne de fouilles a cessé. Il a fallu ensevelir une grande partie du site pour permettre l’extension de l’établissement scolaire. Néanmoins plusieurs vestiges ont été mis à l’abri, et un moulage a été effectué du sol de coquillages.

Reportage Michel Maisonneuve. Interview du directeur du service Archéologie de la Ville de Martigues. Les photos ont été fournies par le service Archéologique, les images montrant la découverte des monnaies sur le site sont de Michel Montagne).