Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Vacances explosives, une comédie tournée à Martigues dans les années cinquante

  • Culture
  • 28/12/2021 à 19h30
  • 03:37
Vacances explosives, une comédie tournée à Martigues dans les années cinquante

1/1

Vacances explosives, une comédie tournée à Martigues dans les années cinquante

S. André S. André
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Vacances explosives est l’un de ces films des années cinquante comme on les aime. Des dialogues truculents, des situations comiques, un joli casting... Un road movie qui emporte le spectateur sur la Nationale 7, jusqu'à Martigues! Mais qui s’en souvient ?

« Les maquereaux, même au vin blanc, j’ai jamais pu les digérer ! » Non, ce n’est pas une tirade du film L’hôtel du nord, par contre on reconnaît bien la gouaille d’Arletty. Nous sommes loin du canal Saint –Martin ou des marlous de Belleville. Ce film-là, Vacances explosives, fut tourné en partie à Martigues, en septembre 1956, par le cinéaste Christian Stengel. Les paysages de la Venise Provençale ont inspiré plus d’un cinéaste et de nombreux acteurs. Michèle Morgan, Fernandel, Bourvil ou Fernand Reynaud ont foulé le sol martégal avec bonheur. Prosper Gnidzaz, un cinéphile averti, pensait que tout venait de la lumière de la ville: « Dans les années 30 jusqu’à 1960, il y a eu beaucoup de tournages de films à Martigues. Elle a une valeur naturelle, elle est arrosée d’eau. Et le reflet de l’eau, pour une prise de vue, il n’y a pas mieux. Je n’ai pas trop de souvenirs de ce tournage, mais je pense que ce devait être un grand film. D’ailleurs Arletty, à l’époque, c’était le top ! » On y retrouve aussi Raymond Bussière qui incarne Max-le-fortiche, Andrex alias Monsieur Jo, Marthe Mercadier en Marie–la-Paimpolaise… Bref que du beau monde. À noter aussi la prestation d'un artiste local bien connu des Martégaux, le peintre Henry Damofli qui, pour l’occasion, avait revêtu l’uniforme de gendarme.

Le scénario est un tantinet rocambolesque. Arlette (Arletty), une femme ayant autrefois appartenu au milieu parisien, marie sa fille Sylvie (Ginette Pigeon, ça ne s’invente pas !) avec un certain François ( joué par Philippe Bouvard). Et où les jeunes mariés vont-ils passer leur lune de miel ? À Martigues ! Profitant de cette occasion, Monsieur Jo, un vendeur immobilier peu scrupuleux, leur demande d’acheminer un tableau qui cache en réalité une cargaison de drogue. Un trio de malfrats se lance à la poursuite des tourtereaux (qui roulent en 2cv) pour récupérer la came. Arlette et le père du marié, mis au parfum, prennent la Nationale 7 pour venir en aide à leurs progénitures.

Le tournage a nécessité dix jours de prises de vue quelque peu mouvementées comme l’écrivait le journaliste Max Guillen, dans l’édition du 20 septembre du journal Le Provençal : « Dame pluie est venue entraîner le renvoi de toutes les prises de vue extérieures. À partir de 16 h 30, c’est à la pizzeria Vincent que l’on devait tourner. Tout était en place, sunlight, vedettes, figurants, etc. Soudain, l’orage se déchaîna mettant les techniciens dans l’obligation d’interrompre toute réalisation de séquence. Et le public, qui stoïquement stationnait sous la pluie, rue Ramade, en fut quitte pour une douche hors scénario ! » La Villa Khariessa, quant à elle, fut le théâtre de divers séquences intérieures et extérieures: « Pour les besoins du tournage, se souvenait Max Guillen, une voiture devait s’encastrer dans un mur.  Les passants pensaient que c’était un vrai accident. D’ailleurs, Joseph Blanchez architecte et décorateur, qui était pince-sans-rire leur disait Oh ! que c’est grave, il y a des morts ! »  La majestueuse villa, située sur les rives de l'étang de Berre, fut aussi le témoin d’une séquence de mitraillage, on vous l’a dit Vacances explosives est un film d’action, comme le raconte Jean-Claude Montanier, dans son ouvrage dédié à la bâtisse « Toute la dernière partie du film se déroule dans les jardins et à l’intérieur de la Villa. Le film se termine, de façon heureuse bien sûr, par une folle fusillade dans la grande salle. Les images nous fournissent un très intéressant témoignage de ce qu’elle était à la fin des années 1950. »

Vacances explosives est un road movie comique qui sent bon la route de vacances. Loin d’être un nanar, ce film léger comme une bulle de savon, reste inconnu du grand public. Pourtant, les dialogues sont truculents à souhait, ils sont signés Jacques Vilfrid qui a offert à Louis de Funès ses plus belles répliques dans de nombreux films tel que Hibernatus. Les films de cette époque ont encore la cote, on ne se lasse pas de La grande Vadrouille ou bien encore La traversée de Paris. Reste qu’on aimerait, quand même, découvrir sur nos petits écrans ce fameux Vacances explosives. L'œuvre est disponible en DVD et Blu-ray.