Temps forts

Martigues. La passion d'un collectionneur secret au musée Ziem

  • Culture
  • 19/02/2020 à 11h49
  • 01:36
F. Verpalen F. Verpalen
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le vernissage de la nouvelle exposition du musée martégal aura lieu ce soir. "Martigues, passion d'un collectionneur", met à l'honneur 88 œuvres prêtées par un amoureux des paysages de la Venise provençale. À voir jusqu'au 7 juin

Natif de Martigues mais n'y vivant plus, ce collectionneur privé souhaitant garder l'anonymat, prête au musée une large partie de son fonds dédié aux paysages martégaux. L'exposition se tiendra du 19 février au 7 juin. « C'est quelqu'un qui collectionne depuis une trentaine d'années, explique Lucienne Del'Furia, conservatrice en chef. Il a volontiers accepté ma proposition d'exposition d'autant qu'elle se tenait au musée Ziem. Le lieu idéal à ses yeux. Il possède quelques vues de Provence mais, à 95 %, c'est sa ville natale qui le passionne.  » Au point, avec son épouse, de refuser de se priver de quelques pièces auxquelles ils sont particulièrement attachés. Ils n'envisageaient pas de vivre sans elles pendant trois mois

CHOIX DÉLIBÉRÉS

« Martigues devient un sujet privilégié par les peintres dès la fin du 19e siècle et plus encore au début du 20e, poursuit la conservatrice. Sur le marché de l'art, la ville est largement représentée. Notre collectionneur y trouve donc son bonheur et il a beaucoup de goût. Il s'intéresse moins à la valeur marchande qu'à celle qu'il donne lui-même aux œuvres. Il privilégie les regards un peu décalés sur des lieux que nous connaissons tous. Cela permet des étonnements et des redécouvertes. » C'est ainsi que le visiteur admirera des signatures célèbres, Seyssaud et Picabia notamment, d'autres moins ou même des tableaux non signés, réalisés par des amateurs inconnus. L'ensemble de l'exposition, qui occupera le premier étage du musée, sera très coloré. « Un peu de fauvisme, du post-fauvisme et certaines œuvres tendent vers l'expressionnisme », conclut Lucienne Del'Furia.

 

Regardez en avant-première les images de l'exposition, elles sont signées Frédéric Munos.