Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Annonces de Jean Castex : les Martégaux dans le flou

Annonces de Jean Castex : les Martégaux dans le flou

1/1

Annonces de Jean Castex : les Martégaux dans le flou

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le Premier Ministre, Jean Castex a placé en surveillance une partie de la région Sud. Et les Bouches-du-Rhône sont menacés de nouvelles mesures restrictives, comme un couvre-feu le week-end, et ce dès le 6 mars. Réactions des Martégaux.

 Annonces de Jean Castex : les Martégaux dans le flou
 Annonces de Jean Castex : les Martégaux dans le flou
 Annonces de Jean Castex : les Martégaux dans le flou

Vendredi matin. L'humeur générale n'est pas au beau fixe. Et la météo le reflète, la brume est omniprésente, dans la ville comme dans les têtes. 

Ils sont plusieurs à nous confier qu'ils n'ont pas suivi les annonces gouvernementales, ou qu'ils n'en ont plus l'envie. "On en a marre", "On a lâché". Ces petites phrases reviennent dans beaucoup de bouches martégales. Patricia a même cette phrase qui résume tout : "on en peut plus..." souffle-t-elle. "Je suis retraitée et j'en ai marre!"

Le son de cloche est similaire quand on rencontre Inès et Rayan : "il y a déjà le couvre feu, on n'en voit pas la fin... C'est déjà difficile quand on est jeune, étudiant de le respecter (le couvre-feu) alors le confinement..."

D'autres déplorent un flou généralisé avec cette fameuse semaine de "surveillance renforcée". C'est le cas d'Amor :"Je trouve ça assez stupide de confiner, surtout le week-end. Si le gouvernement confine c'est toute la semaine". La solution de ce père de famille trouve un écho chez Monique, elle aussi retraitée : "Je pense que depuis le début de ce problème on est pas assez sévère, il faut prévoir et interdire." 

Enfin, ce qui soulève aussi des interrogations, c'est la campagne de vaccination. Jean Castex a annoncé qu'elle serait désormais ouverte au plus de 65 ans. "Trop long" pour Patricia, elle à 64 ans et ne "se sent pas en sécurité, il faut dire que le virus circule toujours". Chez Inès, étudiante, l'impatience se fait ressentir : "on n'en voit pas le bout!". La jeune fille regrette que la vaccination soit lente et qu'elle ne soit pas généralisée. 

Bref, les martégaux attendent des jours meilleurs.  

Retrouvez en vidéos les réactions des martégaux. 

(Texte et images Hadrien Barrau)