Temps forts

Port du masque obligatoire à Marseille : les jeunes et les établissements de nuit dans le viseur

Conférence de presse à la préfecture des Bouches-du-Rhône

1/1

Conférence de presse à la préfecture des Bouches-du-Rhône

C. AMOUROUX C. AMOUROUX
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Jusqu'au 31 août il sera obligatoire de porter un masque dans 3 secteurs du centre ville de Marseille. Ils n'ont pas été choisis au hasard puisqu'ils regroupent les lieux les plus fréquentés le soir et la nuit.

Il y a du monde cet été sur le littoral. Faute de partir à l'étranger suite à la crise sanitaire, les Français ont choisi des destinations plus locales et le soleil du Sud semble être plébiscité. Après plusieurs mois de confinement, l'heure est aux retrouvailles et au retour à une vie plus "normale". L'été et ses congés font venir les fêtards et les vacanciers dans le centre ville de Marseille. Bref, la situation est donc de bonne augure pour les établissements comme les bars et les rooftops qui continuent d'accueillir du public... En oubliant parfois les mesures sanitaires et les distanciations sociales.

Augmentation de cas chez les jeunes

En ce début du mois d'août, le constat est sans appel que ce soit au niveau régional ou national. Les indicateurs sanitaires s'agitent en faveur d'une reprise de l’épidémie du coronavirus et cette tendance concerne une tranche de la population en particulier: les 20-40 ans.
Jeudi, le niveau de vulnérabilité est passé de "limité" à "modéré". Au total 16 clusters sont identifiés dont 8 à Marseille et il concerne, pour la plupart, les milieux "festifs".

Face à ces chiffres, la préfecture des Bouches-du-Rhône a pris une mesure qui s'appliquera jusqu'à la fin du mois : le port du masque obligatoire dans 3 secteurs du centre ville réputés pour attirer les jeunes le soir pour festoyer. D'abord le Vieux-Port hypercentre, comprenant une partir de la Canebière, mais aussi des places et des rues environnantes prisées pour leurs nombreux bars. Egalement l'Escale Borély c'est à dire tout un secteur du bord de plage vers la Pointe Rouge très fréquenté le soir. Et enfin, le Cours Julien et La Plaine en plein centre-ville, lieu très animé. L'objectif de ce port du masque obligatoire selon Marie Aubert, préfète déléguée pour l’égalité des Chances est de "se protéger soi-même, mais surtout les autres et notamment ses grands-parents, ses aînés (…) c'est aussi un soucis de solidarité inter-générationnelle".

"Nous ne nous priverons pas de prendre des mesures administratives"

Les rooftops, les bars, les établissements de nuit en général sont parfois pleins à craquer à Marseille, notamment le week-end. Malgré les mesures sanitaires, la distanciation sociale est parfois difficile voire même impossible à respecter selon le nombre de personnes présentes. "Des établissements sont surveillés de près", prévient la préfète. " Nous ne nous priverons pas, si nous devons en arriver là, de prendre des mesures administratives. Mais c'est une procédure progressive, proportionnée au constat répété de non port de masque à l'intérieur de l'établissement... Cela peut conduire à des mesures allant jusqu'à la fermeture". Sébastien Debeaumont, le directeur général adjoint de l'Agence régionale de Santé a également rappelé la responsabilité qui incombe les gérants de ces lieux de rassemblement : "Les établissements festifs sont tenus de faire appliquer ces mesures, même en extérieur sauf quand on boit on verre ou qu'on mange... Mais pour tous les déplacements le masque est obligatoire. Il l'est pour le personnel également".