Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Une chaine solidaire de confection de masques dans le 13

Prototype du Masque fabriqué par le collectif Couturiers Solidaires du Sud

1/2

Prototype du Masque fabriqué par le collectif Couturiers Solidaires du Sud

Prototype du Masque fabriqué par le collectif Couturiers Solidaires du Sud

2/2

Prototype du Masque fabriqué par le collectif Couturiers Solidaires du Sud

J. Darras J. Darras
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Face à la pénurie de masques, de nombreux couturiers se sont mobilisés pour en fabriquer. Dans notre département l'association FASK a lancé avec réussite une chaine solidaire et bénévole "les Couturiers Solidaires du Sud" pour confectionner des masques.

 Jocelyn Meire

Après avoir martelé que les masques étaient inutiles contre le coronavirus quand on n'est pas malade, le discours officiel a changé dans plusieurs pays cette semaine, au risque d'alimenter la confusion du public.

Depuis le début de l'épidémie, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et de nombreux gouvernements répètent que les masques doivent être uniquement utilisés par les soignants, les malades et leur entourage proche, en disant s'appuyer sur des données scientifiques. Mais pour les promoteurs du port généralisé du masque, ce discours était avant tout destiné à éviter que le grand public se rue sur ceux réservés aux soignants (les masques chirurgicaux et les FFP2, plus protecteurs) et aggrave une pénurie déjà existante.

Désormais toujours pour éviter la ruée sur les masques médicaux, ce sont les masques faits maison ou fabriqués par l'industrie textile qui sont mis en avant dans le monde entier. Les scientifiques qui les promeuvent soulignent qu'ils servent à éviter de contaminer les autres plus qu'à se protéger soi-même. Des tutoriels de fabrication de masques artisanaux circulent d'ailleurs largement sur internet.

 

En France, face à la pénurie de masques de nombreux couturiers se sont mobilisés

C'est le cas chez nous. Depuis le 19 mars, l'association FASK mène cette démarche dans les Bouches-du-Rhône et à Marseille. Comme le précise FASK : "localement, la démarche est relayée par l’UPE13, la Fédération Nationale de l’Habillement (FNH PACA), la Chambre des Métiers et de l’Artisanat PACA ainsi que d’autres associations et institutions. C’est suite à un échange entre Florent Katchikian, PDG de RACER – marque salonnaise connue pour ses gants de moto et de ski, et Jocelyn Meire, Fondateur et DG de FASK, qu’un 1er appel a été lancé. La première chaine solidaire était créée !

Mimmo Carabetta, styliste et couturier, a immédiatement répondu présent, obtenant des dons de tissu de MARSEILLE TEXTILE et de SUGAR. Une fois la coupe réalisée en atelier, des « kits » ont été constitués et dispatchés à des couturiers à domicile. Résultat : une première série de près de 2.000 masques-barrières bientôt distribuée notamment à des EHPAD de Marseille".

 

Plus de 300 bénévoles au sein des "Couturiers Solidaires du sud"

"Dès la mi-mars on était plusieurs à s'alerter sur le sujet et à se dire il faut faire quelque chose, les gens vont avoir besoin de masques, même si on ne pensait pas à une telle pénurie, nous explique cet après-midi Jocelyn Meire. On s'est appelé et on a monté ce projet pour mettre en place un réseau de bénévoles et fabriquer des masques. On a tout structuré avec un collectif regroupant professionnels et amateurs. On a plus de 300 bénévoles. On a fait livrer à tous la matière première et des kits prêt à coudre.

Depuis on a sourcé du tissu agréé par la DGA, on a 1600 m linéaire en catégorie 1 pour pouvoir confectionner 50 000 masques, on a acheté le meilleur tissu, le plus protecteur. On a énormément de demande de particuliers, d'entreprises et d'associations pour recevoir ces masques distribués gratuitement. Notre priorité est de les donner aux professionnels en contact avec le public mais qui ne sont pas qualifiés de prioritaires par les services publics, comme les EPHAD et autres maisons de retraites, les aides à domicile ou les commerçants."

 

Retrouvez ci-dessus en audio l'interview complète de Jocelyn Meire fondateur et DG de l'association FASK (au micro de JM Darras)

 

300 bénévoles sont donc actuellement mobilisés avec des "teams" à Marseille, Aix et Salon notamment. Selon Jocelyn Meire, "on a encore besoin de plus de mains pour confectionner les masques". "La chaine solidaire est prête pour lancer une 2ème série mais a besoin du renfort de couturiers volontaires d’une part, et d’industriels solidaires d’autre part, de manière à démultiplier la confection en plus grand nombre, et sur d’autres territoires du département et de la région".

 

Si vous êtes intéressé pour participer à cette action, vous avez ci-dessous l’annonce passée par FASK sur son site internet :

Vous êtes couturier.e.s (pro ou amateur), et/ou vous pouvez fournir des matières premières (tissu, élastiques, fil…), et/ou vous disposez d’un atelier équipé ?

Les Couturiers Solidaires du Sud, c’est VOUS !

Nous formons une chaine solidaire en région Sud-PACA en capacité de fabriquer des masques-barrières qui seront distribués gratuitement aux catégories professionnelles* les plus exposées de notre région. (téléchargez le guide de précautions minimales d’utilisation d’un masque-barrière)
* aides à domicile, personnes en contact avec la clientèle...


Concrètement, 2 organisations sont proposées :
- des Teams sont formées avec des couturier.e.s qui fabriquent à domicile dans une zone géographique cohérente, avec une coordination assurée par un Pilote.
- des Ateliers sont mis à disposition par leurs propriétaires, dans lesquels leurs équipes et/ou à des couturier.e.s en renfort fabriquent sur des machines professionnelles et dans des conditions "industrielles".

 

(Photo Prototype du Masque anti-projection à Usage Non Sanitaire de Catégorie 1 fabriqué par le collectif Couturiers Solidaires du Sud, réalisé dans les ateliers de HOM pour le compte de FASK)