Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Istres: le Pôle Aéronautique « Jean-Sarrail » prend de la hauteur

Istres: le Pôle Aéronautique « Jean-Sarrail » prend de la hauteur

1/1

Istres: le Pôle Aéronautique « Jean-Sarrail » prend de la hauteur

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La société ARES vient de signer un bail de location avec la Ville d'Istres pour l'utilisation d'une partie du Hangar Mercure. De quoi ouvrir un nouveau chapitre au pôle aéronautique.

 Emmanuel Pasqualini, Directeur Général Société ARES
 François Bernardini, maire d'Istres

Une nouvelle société vient s'installer dans 4000 mètres carrés du Hangar Mercure, le cœur stratégique du pôle aéronautique istréen « Jean-Sarrail ». Nouvellement créée, ARES est la résultante d'une fusion de deux sociétés liées à l'aéronautique, l'une spécialisée dans l'entraînement aérien opérationnel et la seconde dans la maintenance et la modernisation d'avions. Ce 29 avril, c'était la signature devant la presse du bail de location entre le maire d’Istres François Bernardini et le président d'ARES Bertrand Lucereau.

La raison du choix géographique d'ARES tient en 3 points : tout d'abord, les 2 sociétés mères sont basées à Nîmes et à Valence. Dans ce périmètre la ville d'Istres est donc parfaitement cohérente. Ensuite, la proximité de l'armée de l'air et de certains de ses partenaires industriels type Safran, Dassault ou Thalès est stratégique pour ARES. Enfin, le hangar Mercure: pour Emmanuel Pasqualini, directeur général d'ARES, « un hangar pareil au norme, avec une piste où nos avions pour la maintenance peuvent atterrir et décoller, c'est très très rare ». Dans un premier temps à Istres, la société va s'occuper de la maintenance et la modernisation de ses propres appareils avant, peut-être, de voir plus loin. Après l'installation dans ses nouveaux locaux qui va durer plusieurs mois, ARES compte embaucher une soixantaine de personnes réparties en 3 tiers : d'une part des techniciens et ingénieurs aéronautiques confirmés issus du civil, de l'autre des militaires en reconversion, un dernier tiers privilégiera les jeunes en formation.

Du côté de la collectivité, le pari des 26 millions d'Euros pour l'achat et la rénovation du hangar Mercure (20.000 mètres carrés + 6.000 en mezzanine pour 17 mètres de haut) semble porter ses fruits, après la déconvenue du projet Flying Whales partie en Gironde. Pour le maire d'Istres François Bernardini, c'est l'image gagnante d'un partenariat public-privé : « C'est dans ce cadre que nous avions imaginé être une force d'appoint … Le partenariat public-privé existe depuis longtemps, à l'image de l'armée de l'air avec Dassault. Avec ce hangar qui était en déshérence, mais quand même entretenu par son propriétaire, il est apparu intéressant de l'intégrer au domaine public pour le ressortir dès que les opportunités, les occasions voire les imaginations auraient été mieux précisées ».

Avec prochainement l'arrivée du Stratobus de Thales, le pôle aéronautique « Jean-Sarrail » d'Istres prend effectivement de la hauteur. Retrouvez en vidéo les réactions de François BERNARDINI, maire d’Istres et 'Emmanuel Pasqualini, Directeur Général d'ARES.