Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

Monoxyde de carbone : attention aux intoxications

L’Agence régionale de santé (ARS) Paca rappelle les mesures de prévention pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone.

Le monoxyde de carbone est un gaz toxique inodore et incolore indétectable par l’homme émis par tous les appareils à combustion (chaudière, chauffage d’appoint, poêle, groupe électrogène, cheminée…).

Il est du :
- au manque d’entretien des appareils de chauffage et des conduits d’évacuation des fumées ;
- à la mauvaise utilisation des appareils de chauffage ;
- au détournement d’appareils non destinés au chauffage ;
-à une mauvaise aération du domicile.

Les symptômes de l’intoxication au monoxyde de carbone sont variables. La sévérité de l’intoxication dépend de l’intensité de l’exposition, de la susceptibilité individuelle (nouveau-né, enfant) et de l’état de santé préalable de l’individu exposé (antécédents cardio-vasculaires et pulmonaires).

Il existe deux types d’intoxication.
L’intoxication aiguë peut entraîner divers symptômes : maux de têtes, fatigue, vomissements, troubles cardiaques (palpitations), troubles visuels, troubles neurologiques (vertiges, confusion, désorientation) et parfois perte de connaissance brève. Les formes les plus graves peuvent se traduire par des convulsions, un coma, voire le décès. Dans tous les cas, les victimes nécessitent des soins immédiats. Des complications cardiaques et neurologiques (après un délai d’une à quatre semaines) peuvent être observées.

En cas d’intoxication aiguë ou de soupçon d’intoxication, appeler le 15.
La prise en charge doit être rapide et justifie une hospitalisation spécialisée. Dans l’attente de l’arrivée des secours, il est recommandé d’aérer les locaux, d’arrêter les appareils à combustion et si possible d’évacuer les locaux.

L’intoxication à faible dose dite « chronique » se manifeste par des maux de têtes, des nausées, une confusion mentale et de la fatigue. L’intoxication peut être lente et ne pas se manifester immédiatement. Elle est souvent trompeuse et confondue avec « une infection virale ».

La majorité des symptômes constatés régressent dès suppression de la source d’intoxication. Ils peuvent nécessiter, dans les cas les plus graves, une oxygénothérapie en caisson hyperbare.

En cas de symptômes, parlez-en avec votre médecin traitant.

Pour éviter les intoxications, des gestes simples existent :
- avant l’hiver, faire vérifier les installations de chauffage et les conduits de fumée par un professionnel qualifié ;
- ne jamais faire fonctionner les chauffages d’appoint en continu : ils sont conçus pour une utilisation brève et par intermittence uniquement ;
-veiller toute l’année à une bonne aération et ventilation du logement, tout particulièrement pendant la période de chauffage, aérer au moins 10 minutes par jour et ne pas obstruer les entrées et sorties d’air du logement ;

-ne jamais utiliser des appareils non destinés au chauffage : cuisinière, brasero, réchaud de camping,
barbecue, etc.) ;
ne jamais installer les groupes électrogènes dans un lieu fermé (maison, cave, garage…) : ils doivent impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments.

Les organisateurs de rassemblements de personnes, notamment à l’occasion des fêtes de fin d’année, (rassemblements familiaux, manifestations culturelles ou religieuses, …) doivent être tout particulièrement attentifs car les épisodes d’intoxication en lien avec l’utilisation de panneaux-radiants à combustible gazeux sont fréquents et concernent chaque année plusieurs centaines de personnes.

Malgré les campagnes de prévention grand public, la sensibilisation des professionnels du secteur et
l’information des professionnels de santé et des services d’urgence, il survient encore chaque année en région Paca une centaine d’épisodes d’intoxication au monoxyde de carbone et environ 250 personnes sont prises en charge médicalement (orientation vers un service d’urgence ou un caisson hyperbare). L’issue de cette intoxication peut malgré tout s’avérer fatale.

La protection de la population dépend de la mobilisation de tous.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé PACA
Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !