Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

Hôpitaux de Marseille: des finances "extrêmement dégradées"

Les hôpitaux publics de la cité phocéenne affichent à ce jour 400 millions d'euros de déficits cumulés et plus d'un milliard d'euros d'encours de dette, selon un communiqué de l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) publié jeudi.

Toutefois "l'Assistance publique a des ambitions très importantes" malgré sa situation financière "extrêmement dégradée, beaucoup plus que n'importe quel autre CHU métropolitain", a déclaré devant la presse la directrice générale de l'AP-HM Catherine Geindre, présentant les projets pour 2017 du troisième CHU de France.

Mme Geindre a évoqué un projet de redressement d'ici cinq ans prévoyant la poursuite des économies, selon un contrat de retour à l'équilibre financier présenté en 2015. L'AP-HM veut "acheter mieux et moins cher" et "améliorer la gestion des ressources humaines" notamment en réduisant l'absentéisme, indique le communiqué.

Le groupement d'hôpitaux publics, l'un des plus gros de France avec quatre établissements et 13.000 agents, connaît des crises récurrentes ces dernières années. Sa gestion a été épinglée à deux reprises, en 2014 et 2015, par l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

La situation est particulièrement tendue depuis plusieurs mois, plusieurs syndicats exprimant leur inquiétude sur la situation et dénonçant le traitement du personnel. Depuis novembre, plusieurs syndicats ne siègent plus au sein d'un certain nombre d'instances officielles.

Les syndicats déplorent la dégradation des conditions de travail, liées notamment aux sous-effectifs et aux suppressions de postes, qui se répercutent, selon eux, sur la qualité des soins.

Selon un communiqué de l'AP-HM, le contrat de retour à l'équilibre n'aurait "pas d'impact sur l'emploi" et n'entraînerait pas de plan social: "aucun titulaire ou CDI ne perdra son emploi" à cause de ce contrat pendant la période.

Mme Geindre a évoqué l'absentéisme, qu'elle a qualifié de particulièrement élevé, affirmant "ne pas pouvoir payer deux fois", d'une part les salaires des absents et d'autre part des effectifs supplémentaires demandés par les syndicats.

La directrice a également présenté un "vaste et ambitieux projet immobilier qui va permettre sur très peu de temps de réinvestir très fortement et de moderniser les différents sites de l'AP-HM", dont les travaux doivent débuter dès 2017.

Ce projet sera "accompagné financièrement par l'Etat" à hauteur de "plusieurs centaines de millions d'euros", a-t-elle affirmé.

afp

Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !