Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

Accident mortel d'hélicoptère : 2 ans de prison requis

Deux ans de prison avec placement sous surveillance électronique et interdiction de piloter à titre privé ont été requis mardi contre Luc Petit, le pilote d'un hélicoptère qui s'était écrasé sur le parking d'un restaurant d'Arles en 2007, faisant trois morts.

Luc Petit, un chef d'entreprise de 54 ans au moment des faits, avait été mis en examen le 14 janvier 2007 des chefs d'"homicides involontaires" et "blessures involontaires".

"Malgré ses excuses prononcées au début de l'audience, je regrette que Monsieur Petit ne reconnaisse pas son entière responsabilité " dans la mort de ces trois personnes, a déclaré le vice-procureur du tribunal correctionnel de Tarascon, Gwenaëlle Le Flao, qui l'a qualifié de "pilote inexpérimenté".

A 15h30 environ le 7 janvier 2007, Luc Petit, venu des Saintes-Maries-de-la-Mer avec sa famille, remonte à bord d'un hélicoptère "Alouette II", qu'il avait posé sur le parking du restaurant "Chez Bob" où il avait déjeuné.

Plusieurs personnes se massent alors aux abords du parking pour assister au décollage. Quelques minutes plus tard, l'engin s'écrase au sol, tuant trois personnes et en blessant trois autres, dont une femme qui avait eu une jambe amputée.

A l'audience, le vice-procureur a évoqué une fillette "qui a assisté à la mort de ses parents, qui a vu son père décapité sous ses yeux".

Mme Le Flao a estimé que le prévenu avait commis plusieurs maladresses: "Il s'est posé dans un espace exigu exigeant une manoeuvre délicate. Il a mal choisi sa trajectoire de départ, et a pris comme référence verticale des arbres qui étaient penchés". "Il a péché par excès de confiance", a-t-elle ajouté.

M. Petit avait obtenu son brevet de pilote privé d'hélicoptère en octobre 2006, et avait 50 heures de vol à son actif. Son alcoolémie au moment des faits s'était avérée négative.

Trois experts se sont présentés à la barre mardi pour tenter d'établir l'origine de l'accident, mais leurs résultats se contredisent.

Les plaidoiries de la défense auront lieu mercredi matin. Le tribunal devrait mettre sa décision en délibéré.

afp

Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !