Retrouvez toutes les
émissions de Maritima
Journal, Sports, Cinéma, Reportages, Grand Forum, L'invité Maritima, ...
Regarder la TV
AFP
Sports
Actu

Rugby: le XV de France brutalement ramené sur terre par l'Argentine

D'abord surclassé puis incapable de revenir en fin de match, le XV de France a dû rendre les armes face à l'Argentine samedi au Stade de France (18-13), terminant sur une mauvaise note une tournée d'automne au goût d'inachevé.

Secousses à l'atterrissage: sur une phase ascendante dans le sillage de deux victoires prometteuses face aux Fidji (40-15) puis l'Australie (29-26), le XV de France a manqué de refermer en beauté son triptyque de novembre.

Pourtant, l'occasion était belle de lancer avec une bonne dose de confiance et quelques certitudes une année 2015 marquée par le Mondial en Angleterre. A plus court terme, l'encadrement des Bleus repartira avec quelques doutes au sujet de son groupe en vue du prochain rendez-vous international le 7 février face à l'Ecosse au Stade de France, en ouverture du Tournoi des six nations.

Et comme toujours avec le XV de France, on s'interrogera sur sa capacité à répéter les grandes performances. Il semble qu'une telle trajectoire linéaire ne soit décidément pas dans ses gènes.

Car le XV de France a perdu un match mais aussi une multitude de petites batailles samedi soir, face à des Argentins intelligents, extrêmement réalistes mais aussi esthètes, et d'abord combatifs. Une semaine après avoir grillé les Wallabies en intensité en s'appuyant sur une défense de fer, le contraste fut saisissant pour les Français.

Avant de retrouver des couleurs dans les 25 dernières minutes, les Bleus ont énormément subi, principalement en conquête dynamique. Les Pumas de Daniel Hourcade ont été ultra-dominateurs au sol, où ils ont chipé quantité de ballons à des Français fantomatiques.

Si on attendait des joutes en mêlée fermée, ce fut loin d'être le cas, puisque la première ne fut jouée qu'à la 34e minute !

Intégrés depuis trois éditions au Four Nations, les Argentins ont plutôt étalé leur progrès dans le jeu courant en apportant énormément de variations: au large, renversements, coups de pied par-dessus, passes croisées ou chisteras, toute la palette y est passée sous les yeux de Français un peu médusés. La charnière Tomas Cubelli - Nicolas Sanchez a ainsi parfaitement animé une première période idyllique pour les Pumas (15-3).

- Réaction trop tardive -

Les Argentins ont validé presque tous leurs passages dans les zones de marque françaises, par la botte de Nicolas Sanchez, auteur de trois drops et deux pénalités, ou celle de Juan Martin Hernandez, qui a également réussi un drop.

Clinique. Et agaçant, pour le public du Stade de France qui a fini par couvrir les réussites argentines par des bordées de sifflets, et pour les Bleus qui ont montré quelques signes de nervosité face aux Pumas en rentrant aux vestiaires.

Côté français, on n'a pas vu grand-chose durant au moins 50 minutes. Il fallut attendre la 37e minute pour voir l'ouvreur Camille Lopez inscrire les premiers points sur pénalité, après deux ratés.

Pour le reste, ce fut le bal des occasions manquées et des attaques en reculant face à une défense argentine vaillante et agressive.

Il y eut du mieux après quelques changements en début de seconde période, notamment dans la conduite du jeu où le demi de mêlée Rory Kockott apporta un peu plus de vitesse qu'un Sébastien Tillous-Borde guère inspiré.

Les Bleus grignotèrent ainsi leur retard (18-3, 45e), en profitant des injections de puissance du pilier Uini Atonio et du centre Mathieu Bastareaud qui permirent enfin de placer le XV de France dans l'avancée quand les Pumas déclinaient physiquement.

Cette débauche d'énergie fut récompensée par un essai du centre Wesley Fofana (56e), après plusieurs temps de jeu enfin joués dans le bon tempo et une percée de Yoann Huget sur l'aile.

Les Bleus étendirent encore leur emprise sur le match à mesure que les minutes s'égrenaient et une pénalité de Kockott apportait bien des espoirs (18-13, 63e). Mais ce fut bien trop tard: l'arrière Scott Spedding s'effondrait certes dans l'en-but argentin balle en main à la sirène, mais il ne parvenait pas à aplatir, empêché par trois Pumas. Symbole d'une défaite frustrante.

Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !