Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

Syrie: création de corridors humanitaires à Alep

La Russie, grande alliée de Damas, a annoncé jeudi des couloirs humanitaires pour les civils et les combattants prêts à déposer les armes dans la métropole syrienne d'Alep où les secteurs rebelles sont désormais soumis à un siège hermétique des troupes du régime.

Cette initiative sans précédent pourrait conduire à la reprise totale par le régime de Bachar al-Assad de la deuxième ville et ancienne capitale économique de Syrie et porter un coup fatal à la rébellion.

Parallèlement à l'annonce russe, le président Assad a décrété une amnistie pour tous les insurgés qui rendraient les armes dans les trois mois suivant la date de publication de ce décret.

Les quartiers rebelles d'Alep, situés dans l'est de la ville, sont totalement assiégés depuis le 17 juillet par les forces gouvernementales. Aucune aide internationale n'a pu entrer dans ces secteurs de la ville divisée depuis le 7 juillet, quand les loyalistes ont réussi à couper la route du Castello, son dernier axe de ravitaillement.

Constatant "une situation humanitaire difficile", le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a annoncé jeudi une "opération humanitaire de grande ampleur" dans la métropole septentrionale avec la création de couloirs humanitaires pour les civils et les combattants prêts à rendre les armes.

D'après lui, trois couloirs humanitaires seraient formés avec les forces gouvernementales pour "les civils pris en otage par les terroristes ainsi que les combattants souhaitant déposer les armes".

Un quatrième doit être ouvert, dans le nord, sur la route du Castello, afin de permettre "le passage en sécurité des combattants armés", a-t-il ajouté, précisant que l'opération devait commencer dès jeudi.

- Enjeu majeur -

La télévision d'Etat syrienne a annoncé de son côté "l'ouverture de trois passages pour permettre la sortie des citoyens des quartiers Est", précisant que "tout était prêt pour les recevoir dans des structures temporaires".

Le correspondant de l'AFP qui s'est rendu sur place près de l'un des couloirs concernés a toutefois constaté qu'il apparaissait encore fermé et qu'il n'y avait aucun mouvement du côté des civils.

Il rapporte également que les avions du régime ont lancé jeudi sur le secteur rebelle des tracts montrant un plan des quatre corridors.

Les médias officiels relaient depuis deux jours un appel de l'armée exhortant les habitants des quartiers aux mains des insurgés à "rejoindre la réconciliation nationale et à chasser les mercenaires étrangers", en référence aux rebelles.

Enjeu majeur du conflit, l'ex-capitale économique de Syrie est divisée depuis 2012 en quartiers tenus par le régime à l'ouest et secteurs contrôlés par les insurgés à l'est.

A coups de barils d'explosifs destructeurs, le régime cherchait depuis des mois à reprendre le secteur rebelle de la ville et a enregistré une avancée majeure le 7 juillet en coupant la route du Castello, sa principale voie d'approvisionnement.

Le 17 juillet, ses troupes ont assiégé complètement le secteur et jeudi, elles ont chassé les rebelles du quartier de Bani Zeid, principal secteur d'où les insurgés tiraient des roquettes sur les quartiers ouest de la ville contrôlés par le régime.

Le président Assad a décrété jeudi une amnistie pour tous les rebelles qui rendraient les armes, a rapporté l'agence officielle Sana alors que les insurgés sont totalement assiégés dans la métropole d'Alep.

"Toute personne portant les armes (...) et étant recherchée par la justice (...) est exemptée de la totalité de la peine si elle se rend et dépose les armes dans les trois mois suivant la date de publication de ce décret", indique le texte de la présidence reproduit par Sana.

Selon des analystes, la perte d'Alep pourrait signifier le début de la fin pour la rébellion et représenter un tournant dans la guerre en Syrie qui a fait plus de 280.000 morts en cinq ans et poussé plusieurs millions de personnes à la fuite.

Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !