Retrouvez toutes les
émissions de Maritima
Journal, Sports, Cinéma, Reportages, Grand Forum, L'invité Maritima, ...
Regarder la TV
AFP
Sports
Actu
Comment sentez vous l'OM pour la saison 2014-2015?
  • Avec Bielsa on va casser la baraque!
  • Un entraineur ok mais avec quels joueurs?
  • Je les sens mieux que l'équipe du Brésil!
  • M'en fous, maintenant je supporte le PSG
  • Arrêtez de parler de foot!!!

Ukraine: une mission néerlando-australienne sur le site du crash

Une mission policière néerlando-australienne doit commencer vendredi à se déployer sur le site du crash de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine, contrôlé par les séparatistes prorusses, deux semaines après le drame.

En vue de sécuriser les lieux, le Parlement ukrainien a entériné jeudi l'envoi de jusqu'à 950 membres des forces armées néerlandaises et australiennes.

Des enquêteurs russes, qui vont faire partie de l'équipe internationale sous l'égide des Pays-Bas, sont, eux, arrivés à Kiev avant de tenter de se rendre sur le site pour examiner les débris de l'avion.

Des experts internationaux ont enfin accédé jeudi au site malgré de fortes explosions à proximité des lieux, après plusieurs tentatives avortées depuis dimanche à cause des combats, qui rendaient impossible l'enquête sur ce drame à l'origine d'une nouvelle escalade de la crise et de nouvelles sanctions plus sévères contre Moscou.

"Leur mission a été un succès" et "ils sont rentrés à 16H02 (13H02) dans un endroit sûr", a annoncé la présidence ukrainienne après les entretiens téléphonique entre le chef de l'Etat ukrainien Petro Porochenko avec les Premiers ministres néerlandais Mark Rutte et australien Tony Abbot.

Une décision de maintenir un cessez-le-feu sur l'itinéraire qu'ils ont emprunté jeudi a été prise lors d'une réunion à Minsk du groupe de contact (Ukraine, Russie, OSCE) censé dialoguer avec les séparatistes, a indiqué le vice-Premier ministre ukrainien Volodymyr Groïsman.

Peu après l'arrivée sur place de huit représentants de l'OSCE, deux Australiens et deux Néerlandais sur place, plusieurs explosions puissantes ont cependant retenti à proximité du site où il reste toujours des débris de l'appareil et des fragments de corps des victimes du Boeing 777 abattu par un missile le 17 juillet avec 298 personnes à bord, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'armée ukrainienne avait pourtant décrété jeudi une "journée de silence" dans la zone de combats à la demande du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

- Missiles sol-air russes -

Le drame de l'avion de Malaysia Airlines largement attribué aux séparatistes et leurs protecteurs au Kremlin a suscité la colère dans le monde et conduit au renforcement des sanctions contre Moscou, accusé de financer la rébellion.

Kiev continue de dénoncer l'arrivée incessante d'armes en provenance de Russie et a demandé jeudi des explications à Moscou sur de nouvelles manoeuvres militaires impliquant des missiles sol-air S-300 près de la frontière russo-ukrainienne.

La Russie, confrontée dans le contexte ukrainien à la pire crise avec l'Occident depuis la fin de la Guerre froide, est frappée par des sanctions dans les secteurs vitaux de l'économie, comme ses grandes banques publiques ou l'énergie. L'UE a publié jeudi formellement ses sanctions qui visent notamment le plus grand établissement financier du pays, Sberbank, pour l'instant épargné par Washington et dont l'inclusion dans la liste européenne faisait l'objet de toutes les spéculations tant elle participe au financement de l'économie russe.

Sur le plan militaire, le président Porochenko a déclaré que "les forces armées menaient avec succès l'offensive tous azimuts" et avaient repris "60 localités en une semaine". Selon le chef d'état-major, l'Ukraine compte achever en moins d'un mois "la phase active" de son opération militaire contre les séparatistes prorusses lancée à la mi-avril et qui a fait, selon l'ONU, plus de 1.100 morts.

Les autorités ukrainiennes ont également désamorcé jeudi la crise qui couvait avec la démission annoncée il y a une semaine du Premier ministre Arseni Iatseniouk, rejetée jeudi par le Parlement.

M. Iatseniouk, économiste apprécié en Occident, avait menacé de partir après le refus de députés de soutenir des lois impopulaires destinées à redresser les finances du pays, maintenu à flot par une aide internationale massive, et en profonde récession. Il a depuis tempéré ces propos et accepté de rester si ces lois prévoyant des mesures de rigueur budgétaire étaient votées, ce qui a été fait jeudi.

Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !