Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

Un troupeau de montagne en transhumance en plein Paris

Les sabots ont été nettoyés, les poils lustrés et les cloches astiquées. Un troupeau d'une trentaine de vaches et moutons a réalisé une transhumance pas comme les autres vendredi, dans les beaux quartiers de Paris, à la veille de l'ouverture du salon de l'agriculture.

Entre la Place de Breteuil et le Dôme des Invalides, la sortie en ville de ces animaux d'élevage, une première, était destinée à "montrer ce que nous faisons", explique à l'AFP Jean-Luc Chauvel, éleveur de moutons et président du Collectif des Races Locales de Massif (CORAM) organisateur de la manifestation.

Aubrac, Abondance, Gasconne, Salers, Tarentaise, Vosgienne, Villard-de-Lans, les races de vache qui ont défilé fleurent les alpages et les hauteurs, des Alpes aux Pyrénées en passant par les Vosges et le Massif Central.

Leur point commun est qu'elles sont en général élevées via un sytème d'estive ou de transhumance, explique M. Chauvel.

C'est-à-dire qu'entre le début juin et la fin septembre, elles montent en altitude pour passer l'été et profiter de l'herbe tendre des montagnes, ce qui améliore la qualité de leur viande plus tard.

Le Coram regroupe "trois millions de brebis et 500.000 bovins" en France élevés avec ce système d'élevage dans quelques 40.000 exploitations, ajoute-t-il.

Ces races "ont une double vertu", ajoute-t-il, "sur le plan environnemental, elles occupent des zones qui seraient en friche si elles n'étaient pas là", et sur le plan des besoins qualitatifs des consommateurs, "elles produisent une viande de grande qualité" ajoute-t-il.

"Nous, en montagne, on n'a pas une uniformité comme peut-être dans les grands élevages et on ne veut pas ça parce qu'on est conscient que ce n'est pas une solution et que ce n'est pas vers cet avenir-là qu'on a décidé d'aller. Et c'est ça qu'on vient dire aujourd'hui" à Paris, explique Florent Campello, éleveur d'élégantes vaches vosgiennes, à la tête mouchetées de fines tâches noires.

Au passage du troupeau, Bavlina spectatrice parisienne explique "qu'il faut vraiment soutenir les agriculteurs". "J'adore les vaches", dit-elle. A l'inverse, quelques militants de la cause vegan ont manifesté leur opposition à la consommation de viande.

Cela n'a pas semblé gêner outre-mesure François Laceppe, éleveur de vaches Salers, pour qui le salon est un "rêve de gosse". Après le travail de toute une année "c'est un peu la récompense, la cerise sur le gâteau", dit-il à l'AFP.

Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !