Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

Pressé de toutes parts, Robert Mugabe démissionne

Robert Mugabe a mis fin mardi à son règne autoritaire de trente-sept ans à la tête du Zimbabwe en présentant sa démission de la présidence du pays, poussé vers la sortie par l'armée, son propre parti et la rue au terme d'une semaine de crise.

Le plus vieux dirigeant en exercice de la planète, âgé de 93 ans, a annoncé sa décision historique dans une lettre envoyée au président de l'Assemblée nationale, qui débattait depuis le début de l'après-midi de sa destitution.

"Moi Robert Gabriel Mugabe (...) remets formellement ma démission de président de la République du Zimbabwe avec effet immédiat", a lu Jacob Mudenda, provoquant un tonnerre d'applaudissements dans les rangs des élus.

Très attendue, l'annonce du départ du chef de l'Etat a été saluée dans les rues de la capitale Harare par un concert de klaxons, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Accueilli en libérateur à l'indépendance en 1980, le "camarade Bob" a dirigé son pays d'une main de fer, muselant tous ses opposants et ruinant son économie. Mais il semblait indéboulonnable, dernier chef d'Etat africain issu des luttes pour l'indépendance encore au pouvoir.

C'est sa deuxième épouse, Grace Mugabe, 52 ans, qui a précipité la chute de son régime.

Le 6 novembre, elle a obtenu l'éviction du vice-président Emmerson Mnangagwa, qui lui barrait la route dans la course à la succession de son mari, à la santé de plus en plus fragile.

L'éviction de ce fidèle du régime, héros de la lutte de "libération" du Zimbabwe, a provoqué l'intervention de l'armée, qui contrôle le pays depuis la nuit du 14 au 15 novembre.

- Bras d'honneur -

Depuis, Robert Mugabe résistait aux appels à la démission.

Les militaires, qui se sont défendus de mener un coup d'Etat, essayaient depuis plusieurs jours d'obtenir en douceur la reddition du chef de l'Etat afin d'éviter les critiques et d'éventuelles menaces d'intervention des pays voisins, où l'aura du "libérateur" Robert Mugabe est restée très forte.

Mais à plusieurs reprises, M. Mugabe a catégoriquement rejeté leurs offres. Dimanche soir, il s'est même permis un ultime bras d'honneur en refusant d'annoncer à la télévision nationale le départ que tout le monde attendait.

La direction de la Zanu-PF, son propre parti, l'avait pourtant spectaculairement démis de ses fonctions de président dimanche, avait exclu de ses rangs la Première dame et avait menacé de le destituer s'il refusait de se démettre.

Faute de signe de sa part, elle a lancé mardi au Parlement une procédure de destitution, du jamais vu dans l'histoire du pays.

"Mugabe a autorisé sa femme à abuser des ressources de l'Etat (...), à insulter et humilier le vice-président de ce pays, l'honorable Emmerson Mnangagwa" et à "menacer de tuer le vice-président Mnangagwa", l'a accusé son parti dans sa motion de destitution.

Le débat avait à peine commencé au Parlement, lorsque le président de l'Assemblé a lu la lettre de démission de M. Mugabe.

- 'Tellement heureux' -

La population d'Harare a salué bruyamment l'annonce, qu'elle attendait avec impatience depuis des jours.

Samedi, à l'appel des anciens combattants de la guerre d'indépendance devenus les fers de lance de la fronde, des dizaines de milliers de manifestants étaient descendus dans les rues de Harare et de Bulawayo, la deuxième ville du pays (sud-ouest), aux cris de "Bye bye Robert" et "Adieu grand-père".

"Je suis si heureux que Mugabe soit parti", a réagi mardi Tinashe Chakanetsa, 18 ans. "Trente-sept ans de dictature, c'est pas rien. Maintenant je rêve d'un nouveau Zimbabwe dirigé par le peuple et non une seule personne. J'ai hâte de trouver un boulot une fois que l'économie sera remise sur pied".

"Nous sommes tout simplement tellement heureux. Enfin les choses changent", a lancé à l'AFP Togo Ndhlalambi, coiffeur de 32 ans. "On se réveille depuis si longtemps en attendant ce jour. Ce pays a traversé tant de périodes difficiles."

Selon toute vraisemblance, la période de transition qui s'ouvre devrait être dirigée par l'ancien vice-président Mnangagwa, qui avait lui aussi appelé mardi M. Mugabe à démissionner.

"J'invite le président Mugabe à tenir compte des appels lancés par le peuple à sa démission de façon à ce que le pays puisse avancer", avait-il déclaré dans un communiqué.

M. Mnangagwa, à l'étranger depuis son limogeage, avait confirmé qu'il était en contact avec le président Mugabe, ainsi que l'avait révélé lundi soir le chef d'état-major de l'armée, le général Constantino Chiwenga.

Le général Chiwenga avait jugé lundi soir "encourageants" les pourparlers entre les deux hommes.

Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !