Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

Martigues. De Julien Olive aux Jeux Olympiques, il n'y a qu'un saut... enfin un peu plus

LES VIDEOS
FERMER
Francis Kehailia, président du MSA depuis le 17 janvier dernier.
FERMER
C'est beau l'adolescence!
ET AUSSI
Le Martigues Sport Athlétisme a réuni les adolescents des Maisons de quartier de la ville. Une soixantaine de gamins, plus ou moins motivés, ont foulé le gazon du stade Julien Olive. L'un d'entre eux, espère le staff, pourrait bien s'illustrer aux JOIls sont arrivés par groupes, sont descendus dans le grand stade où les attendaient plots, matelas de saut en hauteur, allée de sable... Ici, pas question de se débiner, sous les encouragements des animateurs sportifs, les jeunes adhérents des Maisons de quartier ont donné de leur personne en cet après-midi ensoleillé. Vortex, foulées rebondissantes, course... c'est en sorte une compétition d'athlétisme que le MSA leur proposait, un pentathlon plus précisément.

Cet journée d'initiation avait déjà été réalisée en avril dernier. Le but était déjà de faire découvrir ces disciplines au jeune public mais aussi de repérer ceux ou celles qui ont des aptitudes et pourquoi pas qui pourraient reprendre le flambeau au sein du club. Si ce dernier a fait le choix, cette année, de concentrer ses forces sur la nouvelle génération, il peut s'enorgueillir d'avoir dans ses rangs des athlètes de très haut niveaux à l'image de la vice-championne d'Europe du 10 000 mètres sur piste Clémence Calvin, Samir Dhamani, coureur de demi fond qui a participé aux JO de Londres ou bien encore Alexia Kogut Kobiak, la championne de France de Javelot, le décathlonien Pierre Joseph-Parfaite... "Nous gardons une politique de haut niveau mais ciblée sur des individualités, explique le président Francis Kehailia. Au printemps dernier, nous avons distribué des abonnements gratuits aux enfants. Une dizaine d'entre eux s'investissent désormais dans notre club. Nous avons recruté de bons éléments. Notamment Ayoub Hamideche qui est non seulement très impliqué mais aussi très bon. C'est peut-être un futur Samir Dhamani. " 

Les différentes équipes se sont affrontées sur le terrain jusqu'en fin d'après-midi où les attendaient un podium de trois marches, et des médailles, comme en vrai! : " Ils vont certainement être un peu fatigués, concède Wilfried Krantz, le directeur sportif. On nous a dit qu'on pouvait "y aller" alors on insiste un peu plus. On se dit que tant qu'à faire du sport autant qu'ils passent une journée intense physiquement et émotionnellement. On ne veut pas une surcharge de fatigue pour eux, mais explorer ce qu'ils ont en eux. "  Si le "chambrage" avait été une discipline olympique, toutes les équipes auraient fait de sérieux scores. Les vannes fusaient plus vite que les javelots!

Photographies: Frédéric Munos
Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !