Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

L'Open 13 de Marseille : un grand tournoi vraiment ouvert

LES VIDEOS
FERMER
Jean-François Caujolle, la voix de la passion
FERMER
Martine Vassal, une présidente qui monte au filet
FERMER
Alain Fischer, le président de la ligue de Provence
ET AUSSI
25e édition de cet Open 13 de tennis qui, au fil du temps, est devenu l'un des événements sportifs phares du département des Bouches-du-Rhône. Une notoriété qui ne doit rien au hasard mais découle au contraire d'une réflexion sur l'essence même du sport Et d'abord, il faut rendre hommage au fondateur de l'Open 13, l'ancien tennisman Jean-François Caujolle. Plutôt que de se ruiner en s'obstinant à attirer les coûteuses stars perchées sur le podium mondial comme les Murray, Djokovic et autres Nadal (qui, s'il est descendu à la 6e place, n'a pas dû pour autant subir une chute de sa grille tarifaire), l'actuel directeur du tournoi a toujours préféré miser sur son flair et privilégier d'abord les joueurs français, toujours très attractifs pour le public local, ainsi que les jeunes qui montent et qui ont de grandes chances d'être les stars de demain. Et on peut dire que question flair, l'homme est loin d'avoir le nez bouché, c'est ainsi qu'en 2000, il permet à un jeune tennisman inconnu de 18 ans de jouer au Palais des Sports de Marseille sa première finale ATP, un petit Suisse nommé... Roger Federer (qui s'inclinera cette année-là contre son compatriote Marc Rosset).
Et pour cette édition 2017, alors qu'il a dédaigné un Tomas Berdych "vieillissant" en ne l'invitant pas, il a opté une seconde fois pour la présence d'un jeunot australien de 20 ans, un certain Nick Kyrgios qui, afin de remercier Jean-François Caujolle de lui avoir accordé sa confiance l'année dernière, remporta le tournoi 2016 dès sa première participation - son premier titre ATP - sans concéder un seul set ni avoir été breaké une seule fois ! On en connait de plus ingrats. Aujourd'hui 15e mondial, le jeune showman de Canberra est évidemment revenu à Marseille pour défendre son titre.
Autre jeune talent prometteur, le Bulgare Grigor Dimitrov (12e), improvisateur de génie avec qui le spectacle est assuré.
Enfin, dans la catégorie "numéro 1 en puissance" l'Allemand Alexander Zverev au service canon type grosse Bertha. Une chose est sure, le beau gosse aux origines russes (19 ans/18e ATP) ne vient pas à Marseille pour jouer les seconds couteaux.
Spectacle assuré donc et l'agréable impression de voir en avant-première la future élite du tennis dont les prestations seront bientôt hors de prix, avec en prime la petite fierté de pouvoir dire un jour : "ah lui,  je l'ai vu à Marseille à ses débuts, juste avant son explosion", à l'image des spectateurs marseillais de l'année 2000 qui, encore aujourd'hui, continuent sûrement à rabâcher la même chose au sujet du "petit" Roger Federer de l'époque...

Et si le tennis est plutôt un sport solitaire, Jean-François Caujolle, lui, ne la joue pas "perso", bien au contraire, il a même été le premier organisateur de tournoi pro à tendre la main aux amateurs du tennis fédéral. Une proximité qui ne s'est jamais démentie avec le succès, bien au contraire et qui a sans doute contribué à ce que la Ligue de Provence devienne la plus importante de France avec ses 49 000 licenciés dont 34 000 pour les seules Bouches-du-Rhône !
Et le patron de l'Open 13 n'oublie jamais non plus  de remercier le Département en la personne de sa présidente Martine Vassal, puisque le conseil départemental, partenaire qui a accueilli la conférence de presse, finance la manifestation à hauteur de 25% de son budget.
Et, preuve de son enracinement, l'Open 13, qui accueille en moyenne 60 000 spectateurs, a reçu le label "Marseille Provence Capitale européenne du sport en 2017", un beau palmarès pour cette compétition classée ATP 250 - ce qui correspond à un tournoi de deuxième division - alors que tous les professionnels et les amateurs éclairés s'accordent, par la qualité de son plateau sportif, à le considérer officieusement comme un tournoi ATP 500. 

L'OPEN 13, C'EST DU LUNDI 20 AU DIMANCHE 26 AU PALAIS DES SPORTS DE MARSEILLE
(81, rue Teisseire dans le 9e arrondissement : 04 91 17 30 40)

En train : Gare Saint Charles, prendre ensuite le métro ligne 2 arrêt "Sainte Marguerite Dromel" (ligne directe aucun changement)

En métro : Ligne 2 (rouge) arrêt au Terminus « Sainte Marguerite Dromel ».

En bus : ligne 43, arrêt « Teisseire Palais des Sports »

En vidéo, les interviews illustrées de Jean-François Caujolle, directeur de l'Open 13, de Martine Vassal, présidente du Conseil départemental et d'Alain Fischer, le président de la Ligue de Provence de Tennis

(images et interviews : Michel Montagne / Maritima Medias)
(crédit photos joueurs et Palais des Sports : Sindy Thomas)
Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !