Retrouvez toutes les
émissions de Maritima
Journal, Sports, Cinéma, Reportages, Grand Forum, L'invité Maritima, ...
Regarder la TV
AFP
Sports
Actu

Martigues. Un viaduc moins rapide et plus sûr

LES VIDEOS
FERMER
L'interview de Jean-Michel Palette, directeur interdépartemental des routes.
FERMER
L'interview de Simon Babre, sous-préfet de l'arrondissement d'Istres.
ET AUSSI
Ce matin les automobilistes qui l'ont traversé ont pu circuler sur trois voies. Une configuration qu'ils n'ont plus rencontré depuis le début du chantier de réparation en février 2012. Seul changement : leur vitesse, désormais limitée à 90km/h.
"Les usagers circulent désormais sur un pont qui ne se fissure plus", s'est réjouit Jean-Michel Palette, directeur interdépartemental des routes. "Nous avons réalisé la partie du chantier la plus sensible, et la plus compliquée pour les automobilistes".
Ce n'est effectivement qu'un bilan d'étape qui était célébré aujourd'hui, mais il avait déjà pour ses principaux protagonistes la saveur d'une mission totalement accomplie. Il faut dire que les travaux réalisés sont colossaux : 6 km de forage dans du béton armé, 920 m3 de béton, plus de 300 tonnes d'acier et 85 000 heures de travail d'ouvriers et de cadres sur le chantier. Le viaduc a ainsi vu ses fissures comblées, ses ouvrages en béton consolidés, et répond désormais aux normes du dispositif antisismique. 
Reste à effectuer trois nouvelles phases, qui cette fois ne perturberont que très légèrement la circulation. En mai 2015 deux bassins et un réseau d'assainissement verront le jour pour collecter et traiter les effluents routiers. En janvier 2016 ce sont toutes les structures métalliques qui seront traitées puis repeintes. Et enfin, en août 2016 débuteront les travaux de réfection de la chaussée.

Diminuer l'accidentologie et la pollution
Autrefois fixée à 110km/h, la vitesse de circulation se retrouve limitée à 90km/h depuis la fin du chantier, et n'augmentera pas à l'avenir. "L'objectif est bien sur de diminuer l’accidentologie, mais aussi les nuisances", explique Simon Babre, sous-préfet de l'arrondissement d'Istres. "Le bruit et les rejets de CO2 seront ainsi réduits".

Un viaduc "couleur poutargue"

La partie métallique du viaduc, le centre, va également changer de couleur. Un concours citoyen qui sera lancé dans un mois sera chargé de la déterminer, après validation d'un jury réunissant élus techniciens et artistes. "Il faut trouver une couleur qui plaira aux Martégaux, qui s’insèrera dans le nouvel environnement de la ville... Peut-être la couleur de la poutargue ?!", a conclu Simon Babre. Si elle est retenue, la proposition du sou-préfet intégrera un appel d'offres lancé au printemps 2015.


En vidéos, regardez les interviews de Jean-Michel Palette, directeur interdépartemental des routes, et de Simon Babre, sous-préfet de l'arrondissement d'Istres.
(Images d'Hervé Rico)
Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !