Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

Journée mondiale de lutte contre le Sida, l'indispensable piqûre de rappel

Voir les réactions 0
LES VIDEOS
FERMER
Jérémy Sierra dirige l'Espace pluriel jeunes d'Istres
FERMER
Charline, Pierre, Jade et Kathleen ne minimisent pas les risques d'un rapport non protégé
ET AUSSI
Principale cible des actions menées lors de cette journée, les lycéens, pour qui la maladie se banalise de plus en plus. A l'espace pluriel jeunes d'Istres ( EPJ ), on rappelle aux ados que les rapports non protégés ne sont pas sans risques. Les jeunes l'avouent, ils ne se protègent pas systématiquement. "Mes copines qui ont déjà eu des rapports me disent souvent qu'elles n'utilisent pas de préservatifs parce qu'elles connaissent bien leur partenaire, qu'elles ont confiance", confie Charline, une jeune lycéenne de 15 ans. Pourtant, comme le rappelle Jérémy Sierra, directeur de l'EPJ, "la confiance ne fait pas tout". C'est le message qu'il tente de faire passer aux ados qui passent la porte de l'espace en cette journée du 1er décembre. "Nous organisons chaque année cette journée de lutte contre le sida en proposant aux jeunes toutes sortes d'ateliers et d'animations, comme par exemple cette année, une exposition intitulée "Tous ensemble contre le Sida" réalisée par les jeunes. On met aussi à disposition des brochures, des préservatifs gratuits, masculins et féminins. Nous diffusons aussi des films tout au long de la journée sur ce thème".
Objectif, rappeler que le Sida n'est pas une maladie banale, qu'on peut être contaminé, être malade toute sa vie et en mourir, même s'il existe des traitements efficaces.
Si la tendance est à la banalisation, les jeunes Istréens ne sont pas moins insensibles aux discours de prévention. "On sait que c'est grave, qu'on peut en mourir, que ça pourrit la vie" lance Jade, lycéenne de 16 ans. "Mais je ne suis pas sûre que tout le monde en ait conscience, regrette sa copine, Kathleen. En tout cas, moi je sais que je me protègerai. Si mon copain refuse, je l'obligerai à se protéger".
L'année dernière en France, 6000 personnes ont été contaminées et 30 000 sont porteuses du VIH sans le savoir.

En vidéo, l'interview de Jérémy Sierra, directeur de l'Espace pluriel jeunes d'Istres, et de Charline, Pierre, Jade et Kathleen, lycéens (réalisées par Marion Piscione pour Maritima Médias)

Réagir à cet article


Vous n'êtes pas encore inscrit sur MARITIMA.INFO ?

N'attendez plus ! C'est rapide, gratuit et vous pourrez réagir à cette actualité Je veux m'inscirre à Maritima.info

Vous êtes déjà inscrit sur MARITIMA.INFO ?
Veuillez vous connecter au site en entrant vos paramètres de connexion :
Adresse Email : Mot de Passe :
Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !