Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

L'eau, une vocation pour des PME de Ouest Provence

LES VIDEOS
FERMER
Véronique Arfi, directrice générale de Phytorem
FERMER
Farah El Aoufir, ministère de l'énergie des mines, de l'eau et de l'environnement
FERMER
Marie-Louise Rakoto, secrétaire générale du ministère de l'eau à Madagascar
ET AUSSI
A l'occasion du 6ème forum mondial de l'eau qui se tient jusqu'à demain à Marseille, une délégation d'entreprises a été reçue sur le territoire, dans une démarche écologique. Objectif : leur faire découvrir les éco-stations de bambou-assainissement.
L'entreprise Phytorem, implantée depuis 2002 sur le territoire intercommunal dans l'une des pépinières de Ouest Provence, est candidate pour être membre du réseau mondial des PME de l'eau. Une intégration qui saluerait son travail dans le domaine du développement durable.
Bernard Granié, le président de Ouest Provence, encourage ce type d'entreprise innovante qui entre exactement dans le cadre de ce qu'il souhaite : "accueillir des activités d'avenir pour renouveler et diversifier notre tissu économique, pour apporter des solutions de développement durable à l'Industrie et pour participer directement à la protection de notre ressource en eau et donc de notre environnement quotidien". Un souci légitime sur un secteur qui est l'un des plus grands territoires industriels français. Une enveloppe financière de 30 000 euros a d'ailleurs été apportée par Ouest Provence. Son président a accueilli, hier, une délégation d'entreprises venues de toute la France mais aussi des représentants du Maroc ou de Madagascar, venus chercher des solutions à leurs problèmes d'assainissement.

Une dépollution par les plantes
Une cinquantaine de personnes s'est rendue sur le domaine de Sulauze à Miramas pour observer une station d'épuration écologique à ciel ouvert, une "bambousaie". Le principe est celui d'une dépollution par les plantes. Le bambou "traite" naturellement les effluents des industries agroalimentaires, les eaux usées domestiques, les eaux pluviales, les effluents vinicoles ou provenant des centres d'élevage. Un procédé qui concerne toutes les éco-industries ou les infrastructures semi-collectives et collectives soucieuses de l'environnement. Les eaux usées sont épandues sur les bambous qui traitent les déchets grâce à une activité épuratoire naturelle. Une technologie écologique brevetée.
La première station d'épuration a été installée sur le site du Domaine de Grand Cabasse à Miramas. Elle fonctionne depuis 2009 pour traiter les eaux usées domestiques du domaine, du camping et d'une habitation attenante. Ouest Provence espère que ce type d'entreprise à vocation écologique ait les moyens de s'inscrire durablement sur le territoire et contribue à redorer le blason écologique du territoire. "C'est une des missions de notre intercommunalité que de faciliter l'accueil de nouvelles entreprises et de contribuer au développement d'activités performantes tendant à la notion de mieux industriel", conclut, optimiste, Bernard Granié.


Regardez en vidéo les interviews de Véronique Arfi, directrice générale de Phytorem, Farah El Aoufir du ministère de l'énergie des mines, de l'eau et de l'environnement du Maroc et Marie-Louise Rakoto, secrétaire générale du ministère de l'eau à Madagascar.
Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !