Ecouter le direct
AFP
Sports
Actu

GPMM : le chaînon manquant du système énergétique arrive à Fos

Ce chaînon manquant pourrait s'appeler « Jupiter1000 ». Le concept consiste, en quelque sorte, à convertir et stocker de l'électricité sous forme de gaz. Mercredi à Fos au Grand Port Maritime de Marseille a été lancée sur PIICTO, plateforme d'innovation industrielle, la pépinière d'entreprises « Innovex » dédiée à la transition énergétique. Celle-ci va accueillir comme premier projet « Jupiter 1000 », un projet 'Power to Gas' coordonné par GRTgaz. Cette société fournie en France du gaz naturel aux industriels et aux particuliers à travers 32.000 kilomètres de canalisation. " « Jupiter1000 », projet unique en France permettra d'étudier la validité technico-économique du procédé et de faire émerger une nouvelle filière de production de gaz renouvelable à l'horizon 2030", explique Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz.

Jusqu'à aujourd'hui, la difficulté avec l'électricité a toujours été le stockage de masse. Avec les énergies renouvelables éoliennes et solaires, le problème est d'autant plus vrai que cette production est inconstante et que l'excédent d'électricité est toujours perdu. L'idée derrière le "Power to gas" est de 'stocker' l'électricité produite par ces énergies renouvelables intermittentes en produisant de l'hydrogène (H2) par électrolyse de l'eau. Ce dernier gaz est, soit injecté directement au réseau de transport gazier (mais sans pouvoir dépasser 6%), soit combiné à du dioxyde de carbone (CO2) pour obtenir du méthane de synthèse (CH4), aux propriétés identiques à celles du gaz naturel, méthane qui est lui aussi incorporé dans le réseau de gaz. A Fos sur mer, le CO2 recyclé sera celui de l'industriel Ascométal et l'électricité renouvelable celle du parc éolien de la Compagnie Nationale du Rhône.

Recyclage de CO2 d'un côté, plus de gaspillage d'électricité de l'autre, l'enjeu est d'autant plus primordial que la production d'énergie renouvelable va s'accroitre. Outre GRTgaz, le GPMM, la CNR et Ascometal, on trouve comme partenaires McPhy Energy pour l'électrolyse, Atmostat et le CEA pour le méthaneur, Leroux & Lotz Technologies pour le captage de CO2 et TIGF pour l'injection dans les réseaux de gaz. Le budget de ce projet est estimé à 30 millions d'euros, dont 30% de financements publics (Union européenne, Etat, Région PACA) pour une mise en service des installations prévue courant 2018.

En vidéo les explications de Sylvain LEMELLETIER, directeur du projet 'Power to gas' pour GRTgaz et de Thierry TROUVÉ, directeur général de GRTgaz.

Réagir à cet article


Vous n'êtes pas encore inscrit sur MARITIMA.INFO ?

N'attendez plus ! C'est rapide, gratuit et vous pourrez réagir à cette actualité Je veux m'inscirre à Maritima.info

Vous êtes déjà inscrit sur MARITIMA.INFO ?
Veuillez vous connecter au site en entrant vos paramètres de connexion :
Adresse Email : Mot de Passe :
Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !