Retrouvez toutes les
émissions de Maritima
Journal, Sports, Cinéma, Reportages, Grand Forum, L'invité Maritima, ...
Regarder la TV
AFP
Sports
Actu

Ils tentent de percer les mystères du Port antique du golfe de Fos

LES VIDEOS
FERMER
L'interview de Souen Fontaine, archéologue de la DRASSM.
FERMER
L'interview de Mourad El-Amouri, archéologue-plongeur.
ET AUSSI
Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) mène depuis deux ans des Fouilles archéologiques dans le golfe de Fos-sur-Mer, pour expliquer le fonctionnement du complexe portuaire au VIe siècle av. J-C.
"Fossis Marianis". C'est le nom désignant le port antique de Fos sur la fameuse table de Peutinger, cette copie d'une carte romaine réalisée au XIIIe siècle, sur laquelle figurent les routes et les villes principales de l'Empire romain. Il était sans aucun doute l'un des principaux port de Méditerranée pendant des siècles, comme en témoignent la richesse et l'abondance des vestiges retrouvés, mais recèle encore de nombreux mystères quant à son implantation, son fonctionnement et les raisons de son abandon. "On a une idée générale du potentiel du site, grâce à une cartographie acoustique, qui nous a permis de repérer les grands bâtiments", explique Souen Fontaine, archéologue du DRASSM. "En revanche on ne connaît toujours pas leurs fonctions, leur organisation, et on a du mal à définir ce qui était à terre, ce qui était déjà dans l'eau, ou encore où se trouvait le bassin portuaire... Pour ça, il va nous falloir plusieurs campagnes de fouilles archéologiques directes". Et cela risque de prendre de nombreuses années, car ces dernières sont réalisées dans l'eau... "Le temps est notre principal ennemi", confirme Mourad El-Amouri, archéologue-plongeur. "Sur un chantier terrestre on va pouvoir travailler 7 ou 8 heures par jour, alors que là notre temps de plongée est limité à 3 heures. Sous l'eau tout est plus long, on est moins habile, et même si l'on peut plus facilement soulever de lourdes charges à l'aide de ballons, nous sommes aussi dans l'impossibilité de communiquer". Aujourd'hui l'opération, menée par 4 mètres de fond, consistait à sonder la "structure A", un complexe monumental situé dans l'anse de Saint-Gervais, pour notamment observer les modes de construction mis en oeuvre à l'époque et ainsi en affiner la datation.  
Pour en savoir plus, et mieux comprendre le travail entrepris par le DRASSM, une conférence sur ces fouilles archéologiques se tiendra le mercredi 30 mai à 18h30 dans la Maison de la mer. Les archéologues feront ainsi le point sur leurs recherches et sur les "trésors" qu'ils ont trouvé au fond des mers.

En vidéos, regardez les interviews de Souen Fontaine, archéologue du DRASSM, et de Mourad El-Amouri, archéologue-plongeur. (Images de Nèle Grizard)
Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !