Retrouvez toutes les
émissions de Maritima
Journal, Sports, Cinéma, Reportages, Grand Forum, L'invité Maritima, ...
Regarder la TV
AFP
Sports
Actu

Cinéma. P.Jolivet met en lumière le travail des pompiers

« Les hommes du feu », le nouveau film de Pierre Jolivet pointe du doigt le travail quotidien des pompiers face aux flammes et autre divers accidents. Film qui prend une teneur particulière dans notre département où les feux sont fréquents.

Le film se déroule dans une petite caserne du sud de la France, à Carcassonne, dans le département de l'Aude. Comme dans les Bouches-du-Rhône, les feux de forêts y sont fréquents, en été où la végétation est sèche et le vent aide à la propagation des flammes. Certains sont d'origine naturelle, d'autres criminels. Dans le film, Philippe (Roschdy Zem), 45 ans, est le capitaine de la caserne. Une caserne composée uniquement d'hommes. Bénédicte (Émilie Dequenne), jeune adjudante-chef rejoint l'équipe. Son arrivée est remarquée et provoque quelques remous.

Nous avons pu assister à une projection, en avant-première, du film en présence du réalisateur Pierre Jolivet, d'un des acteurs Michaël Abiteboul et le capitaine Stéphane Guyot.

Ce film met en lumière le travail des pompiers et les relations hommes-femmes dans ce métier. Aucun film n'a déjà été réalisé sur ce sujet d'où le témoignage rare de ces hommes et ces femmes qui ont décidé de se mettre au service des autres. Pierre Jolivet explique : « faire un film de cinéma sur les pompiers, c'est faire un film de cinéma sur une caserne, donc c'est faire un film sur une famille. Vraiment la caserne, c'est la deuxième famille des pompiers et dans les familles il y a des tensions, il y a des inimitiés, il y a des connivences comme dans toutes les familles ».

Il faut savoir que pour écrire le scénario, Pierre Jolivet s'est entouré d'un capitaine de caserne, Stéphane Guyot. Toutes les histoires présentes dans le film ont été racontées par des pompiers. Stéphane Guyot a relu et validé chaque scène. Mickaël Abiteboul raconte : « les côtoyer au jour le jour, ça nous a appris la réalité : on y va parce qu'on doit, on a choisi ce métier, cette fonction. C'est une absolue vocation. Ça s'est fait au jour le jour ». Pierre Jolivet rajoute : « je pense que ce qui nous bluff aussi c'est cette simplicité et que, quand même, dans un monde en déliquescence, qu'il y ait des gens qui décide d'aider les autres au péril de leur vie […] courir des risques au péril de sa santé au service de l'autre, gratuitement, ça vous bluff pas vous ? 

Le film sort en salles le 5 juillet prochain. Il est à voir absolument.

Retrouvez MARITIMA sur votre Mobile !